5 secrets de pro pour détecter un mauvais chanteur

5 secrets de pro pour détecter un mauvais chanteur

Arnaud Karl JOB

Manager Général

Karl est le Manager Général d’ADORAM Ministry. Cet amoureux du Gospel s’investit dans le ministère depuis son jeune âge. Son coeur brûle de voir se lever une armée de chantres dépouillés d’eux-mêmes et des rudiments du monde pour servir Dieu dans l’église de façon efficace.

Tout le monde n’est pas spécialiste de la voix et les paresseux en profitent pour s’ériger en star que vous applaudissez sans discriminer. S’il est vrai que vous ne deviendrez probablement pas de si tôt un membre du jury The Voice, ADORAM peut quand même vous filer quelques astuces pour que vous ne vous fassiez plus avoir. Vous verrez assez vite que ce n’est pas si compliqué.

 

1- Vous avez l’impression qu’il vous crie dessus sans discontinuer

En technique vocale, il y a une notion qu’on appelle les nuances. Si votre star locale ne sait pas de quoi il s’agit, vos oreilles vous le feront remarquer. Le « gboya » ( vacarme en langue fon du Bénin) n’est pas du chant. Plus un chanteur insiste pour se faire entendre, plus il s’époumone à le faire alors même qu’il interprète un morceau qui n’exige pas de déploiement de puissance particulière, plus vous pouvez être sûr qu’il a besoin de cours.

 

2- L’interprétation manque de naturel

Vous avez l’impression qu’on force. Les paroles et la tête de l’interprète sont en procédure de divorce. Vous sentez que la mission est périlleuse et qu’on a comme envie d’en finir le plus tôt possible. Ce sont là les signes que le chanteur ou la chanteuse a besoin de se mettre au pas. Une bonne interprétation doit se distinguer par la fluidité et le naturel de l’exercice.

 

3- La distance entre sa bouche et le micro ne varie jamais .

Un chanteur bien formé sait se servir d’un microphone. Il s’en approche pour susurrer ou chuchoter. Il s’en éloigne lorsqu’il sait que sa voix va prendre en puissance. Il sait jouer de cette distance pour créer des effets bien spéciaux. Si votre star locale ne sait pas s’y prendre de cette manière-là, il faut l’aider en sponsorisant une formation. Il en va de la santé de votre système auditif.

 

4- Dès qu’il se met à chanter, les musiciens font la moue

Si si. La tête que font les musiciens pendant que le chanteur s’exprime peut signaler des défaillances imperceptibles pour le commun des mortels. En tout cas, s’il n’y a pas de souci de jalousie dans le lot… Si en plus de votre propre malaise, vous pouvez observer le leur, vous pouvez en être sûr. Quelque chose n’a pas fonctionné. Ou votre star chante faux, ou bien il est asynchrone, ou bien il a violé la structure du morceau. Si cela arrive souvent, vous savez quoi faire.

 

5- Il s’agite trop.

Franchement, entre déambuler partout et chanter, il faut parfois choisir. Nombre de mauvais performers vocaux essaient de noyer leur incompétence dans une fébrilité agaçante. Il ou elle court par ici, ensuite par là, vocifère des instructions au public, lance des danses impromptues, fait semblant de prier en langue, fait une exhortation au lieu de rendre son ministère … C’est de la distraction. Ou bien, les paroles sont oubliées, ou bien la voix n’est plus disponible pour faire son boulot et l’on essaie de vous distraire de cette vérité-là. Ne vous faites pas avoir.

 

On pourrait rallonger cette liste, mais retenez déjà ces 5 astuces pour déceler le mauvais chanteur. Nous espérons que vous aiguiserez votre sens de l’observation pour ainsi trouver les stratégies qui pourraient aider les chantres de vos églises à s’améliorer. Et si vous en avez d’autres à partager avec la communauté, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires.

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org

Trouvez les paroles de vos cantiques

Vous aimez notre  travail ? Vous pouvez

Soutenir financièrement

Vous pouvez soutenir ce ministère en faisant des dons divers. Au Bénin, un envoi MoMo sur le 96 00 34 19 est le plus simple.

Rejoindre l'équipe

Nous avons constamment besoin de chantres, de volontaires et de veilleurs spirituels. Rejoignez l’équipe de louange ou ceux qui aident activement dans la prière, la logistique, le son, etc.

Devenir partenaire

Que vous soyez une église, une organisation quelconque, une équipe de louange, … il y a toujours de l’espace pour collaborer dans les intérêts du royaume. Contactez-nous !

Les 3 raisons fatales de la disparition du cantique des cultes

Les 3 raisons fatales de la disparition du cantique des cultes

Arnaud Karl JOB

Manager Général

Karl est le Manager Général d’ADORAM Ministry. Cet amoureux du Gospel s’investit dans le ministère depuis son jeune âge. Son coeur brûle de voir se lever une armée de chantres dépouillés d’eux-mêmes et des rudiments du monde pour servir Dieu dans l’église de façon efficace.

J’ai été baptisé méthodiste alors que j’étais encore bébé. Ensuite, les péripéties de la vie m’ont fait voir d’autres horizons. Quand j’ai connu le Seigneur en 1996, mon Église adoptive – j’y suis encore, avait en commun avec celle de mon baptême d’enfant au moins une chose positive : le cantique en congrégation. Au fil des années pourtant, la lutte semble perdue. Le vacarme des musiques contemporaines a réduit en peau de chagrin l’expression des hymnes et cantiques dans nos congrégations. À mon avis, cette triste situation est le produit de plusieurs facteurs. Si nous les taclons, nos cultes gagneront en profondeur et les fidèles en foi.

1- On a pensé et diffusé que le cantique était vieux-jeu

C’est évidemment un sacrilège à la mémoire des pères de l’Église. L’incapacité d’adapter l’exécution des cantiques aux facilités de la technique contemporaine ne justifie pas de telles inepties. J’ai déjà vu nombre de chrétiens arborer un rictus moqueur chaque fois qu’on évoquait d’entonner un chant de la réforme. À leur décharge toutefois, on peut arguer que certains des textes sont dans un français ou un anglais désormais désuet. Il existe toutefois des solutions à cela : l’adaptation. En tout état de cause, cet argument ne tient la route que pour ceux qui veulent considérer que du texte inspiré de Dieu puisse vieillir au point de ne plus lui faire plaisir. Quel chrétien censé se le permettrait-il ? Les adaptations et les réécritures sont-elles impossibles à réaliser de sorte à rendre le contenu de ces cantiques intelligible à nos contemporains ?

2- Les leaders ont préféré les groupes musicaux aux chorales

Il est plus facile de monter un groupe musical qu’une chorale sérieuse. En plus, un groupe musical fait plus de bruit qu’une chorale et joue des chants prétendument plus « modernes ». Pourquoi alors ne pas se contenter d’un groupe musical qui va fonctionner comme un orchestre maison et jouer le répertoire que nous entendons à la radio ? À force, nos cultes sont devenus les piètres répliques des prototypes de scènes mondaines. Les détenteurs du microphone font leur show et l’église les applaudit. Ils font partie du spectacle organisé pour mettre en avant le leader. Dieu n’aime pas cela.

 

3- Les chantres ont dévié de leur vocation et jouent les stars

Évidemment, la situation profite bien aux prétendus chantres qui profitent du système pour nourrir leur égo mal dimensionné. Toutes les églises ont ainsi intronisé sans s’en rendre compte leur star locale. Le frère, la sœur, opérant comme lead principal sans qui le spectacle est impossible. Ils font danser tout le monde au détriment de l’intelligibilité du chant. Ils ont bouté dehors la sacralité de notre office par une banalisation à outrance du répertoire. Grâce à eux, deux phrases dans un français approximatif permettent de tenir en haleine pendant 10 minutes des fidèles désormais avides de transe. Le chant n’est plus édification. Le chant n’est plus évangélisation. Le chant n’est plus dévotion. Le chant est désormais distraction. Que Dieu nous pardonne !

 

Voilà à mon humble avis, ce qui explique l’assassinat en règle de la tradition des cantiques dans nos cultes. Les solutions à ce problème se trouvent bien évidemment dans la prise de conscience du leadership de nos communautés mais aussi dans une introspection des chantres pour ranimer l’esprit des cantiques et les remettre à jour. Vous trouverez sur ce site, près de 5000 cantiques pour aider à cette cause.

 

Et vous, à votre avis pourquoi est-ce si difficile aujourd’hui pour l’église de continuer de profiter de la puissance spirituelle des cantiques ?

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org

Trouvez les paroles de vos cantiques

Vous aimez notre  travail ? Vous pouvez

Soutenir financièrement

Vous pouvez soutenir ce ministère en faisant des dons divers. Au Bénin, un envoi MoMo sur le 96 00 34 19 est le plus simple.

Rejoindre l'équipe

Nous avons constamment besoin de chantres, de volontaires et de veilleurs spirituels. Rejoignez l’équipe de louange ou ceux qui aident activement dans la prière, la logistique, le son, etc.

Devenir partenaire

Que vous soyez une église, une organisation quelconque, une équipe de louange, … il y a toujours de l’espace pour collaborer dans les intérêts du royaume. Contactez-nous !

Les 12 commandements du choriste

Les 12 commandements du choriste

Arnaud Karl JOB

Manager Général

Karl est le Manager Général d’ADORAM Ministry. Cet amoureux du Gospel s’investit dans le ministère depuis son jeune âge. Son coeur brûle de voir se lever une armée de chantres dépouillés d’eux-mêmes et des rudiments du monde pour servir Dieu dans l’église de façon efficace.

Il est notoire de constater que nombre de personnes arrivent dans le ministère avec assez peu de rudiments pour démarrer. Bien des années plus tard, aussi bien chez les chanteurs que les instrumentistes, ces lacunes continuent de handicaper le travail du chantre.

Voici résumées, ce qui à mon avis, constitue le minimum à savoir pour un vocaliste afin d’éviter ou de réparer les égarements les plus courants qui menacent son exercice.

1- Tu t’en tiendras scrupuleusement à tes notes et aux paroles du chant. Elles sont sacrées et la voix est un instrument.

2- Tu ne crieras point. Le but du chant n’est pas d’assommer l’auditoire. Vas-y en douceur et en précision.

3- Tu n’essaieras point d’être plus fort que les autres ni de te retrouver distinctement dans les retours. Tu es choriste, pas lead. C’est de l’orgueil.

4- Tu auras toujours du respect pour le microphone ; il est un partenaire. Pas un remplaçant, ni un souffre-douleur.

5- Tu participeras chaque année à au moins 2 ateliers, séminaires ou retraites consacrés à la voix.

6- Tu chanteras au même rythme que tout le monde. On commence ensemble. On s’arrête ensemble. Sauf exception entendue à la répétition.

7- Tu écouteras de la bonne musique et feras tes vocalises et exercices respiratoires chaque jour. On ne devient pas bon chanteur à la répétition.

8- Tu apprendras à jouer d’un instrument au moins. Comme cela, tu apprendras à respecter la musique et les instrumentistes.

9- Tu honoreras le technicien. Ce n’est pas parce que tu es meilleur que lui, qu’il tire des câbles. Sans lui tu n’existes pas.

10- Tu chanteras toujours en sensibilité, en nuances et selon le besoin, en puissance dosée. Chaque morceau possède son humeur, respecte-la.

11- Tu traiteras ta voix comme une reine. Tu ne la maltraiteras point. Tu ne la brusqueras point.

12- Tu chanteras toujours en te rappelant que Dieu est le destinataire principal de ton ministère. Souviens-toi que lui aussi a des oreilles.

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org

Trouvez les paroles de vos cantiques

Vous aimez notre  travail ? Vous pouvez

Soutenir financièrement

Vous pouvez soutenir ce ministère en faisant des dons divers. Au Bénin, un envoi MoMo sur le 96 00 34 19 est le plus simple.

Rejoindre l'équipe

Nous avons constamment besoin de chantres, de volontaires et de veilleurs spirituels. Rejoignez l’équipe de louange ou ceux qui aident activement dans la prière, la logistique, le son, etc.

Devenir partenaire

Que vous soyez une église, une organisation quelconque, une équipe de louange, … il y a toujours de l’espace pour collaborer dans les intérêts du royaume. Contactez-nous !

Participer à l’oeuvre

Participer à l’oeuvre

Depuis sa naissance, l’action d’ADORAM a toujours été portée financièrement par ses initiateurs béninois. Notre entreprise spirituelle ne reçoit aucune aide venant de l’extérieur du Bénin.

En fait, il y a ceux qui mettent la main à la pâte quotidiennement sans être rémunérés, nos volontaires et les ministres qui exercent. Leur investissement est tout à fait aussi financier que celui de ceux qui en plus, mettent la main à la poche. L’apport de tous est valorisé et récompensé par le Seigneur.

Nous avons aussi bénéficié sporadiquement de l’appui de sympathisants dans le cadre de différents projets et programmes. Nous leur manifestons ici encore une fois notre reconnaissance.

Cette page a été créée pour lever une armée constante de donateurs pour ADORAM. Si vous êtes arrivé ici, c’est certainement parce que vous en serez vous aussi. Aucun apport n’étant insignifiant, sachez que votre geste sera utile à l’oeuvre. Il en va de la pérennité de nos actions pour le bien du Corps de Christ.

Notre transparence est totale sur la gestion financière de cette association. Vous pouvez savoir ce à quoi vos deniers servent :

  • Achat d’équipements et de matériels musicaux et logistiques
  • Appui au fonctionnement, au déplacement
  • Imprimerie
  • Communication, Médias sociaux, Print
  • Formation, Renforcement de capacités
  • Etc.

Pour donner, les choix sont ouverts. Un transfert d’argent, une enveloppe physique, une dotation directe en matériel, un sponsoring… Laissez-nous savoir en nous contactant.

‭Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus–Christ. Philippiens 4:19

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org

Le programme ASAPH

Le programme ASAPH

Toutes les églises ont besoin d’une bonne sonorisation, d’une bonne équipe de louange et d’une mobilisation collective pour atteindre les objectifs d’adoration inhérents aux communautés chrétiennes.

Adoram a mis en place et expérimenté au cours des années avec plusieurs communautés, un dispositif pour accompagner les églises locales à cet effet : le programme ASAPH.

ASAPH propose une batterie d’actions qui prend en compte les différents besoins des églises dans leur recherche du son et de la musique live de qualité :

  • un audit complet de l’existant donnant lieu à un document qui propose les actions spécifiques dans les domaines de la sonorisation, l’acoustique, les équipements musicaux, la vidéo projection, l’organisation des équipes de louange, la formation des chantres et aspirants, la participation de la communauté…
  • les formations techniques et spirituelles ciblées selon le besoin et les moyens de la communauté.
  • L’assistance-conseil dans les projets d’acquisition d’équipements, de construction (acoustique) et/ou d’installation d’équipements.

Aucune Eglise ne peut posséder toutes les expertises nécessaires à en faire un auditorium où il fait bon entendre et voir. Depuis la phase de conception des plans de conception, nous pouvons intervenir pour assurer que les investissements ne seront pas vains à cause d’erreurs difficiles à rattraper par la suite.

Faites-nous appel pour engager la révolution technique et spirituelle de votre système SON – VIDÉO – LOUANGE.

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org