6 manières vicieuses d’attirer l’attention sur soi quand on est chantre

par | Jan 9, 2019 | APR - Vie spirituelle | 1 commentaire

Arnaud Karl JOB

Manager Général

Karl est le Manager Général d’ADORAM Ministry. Cet amoureux du Gospel s’investit dans le ministère depuis son jeune âge. Son coeur brûle de voir se lever une armée de chantres dépouillés d’eux-mêmes et des rudiments du monde pour servir Dieu dans l’église de façon efficace.

Le ministère de l’Église est d’annoncer le Christ et de faciliter sa rencontre avec le pécheur. Une fois le pécheur pêché, cette responsabilité s’étend à travailler pour que le Christ soit formé en chacun. Galates 4.19

À l’instar de toutes les autres formes de service dans l’église, le ministère des chantres intègre cette double responsabilité et devrait placer Christ au cœur de son exercice.

Malheureusement, ce n’est pas aussi simple. Contrairement à beaucoup d’autres postes dans la communauté, les chantres exercent des compétences qui dans le monde sont récompensées par la célébration et la louange de leurs dépositaires. Il est donc facile pour les chantres de se laisser prendre au piège de se faire célébrer plutôt que de célébrer Dieu et d’amener les autres à l’élever Lui seul.

Voici 5 choses qui sont devenues banales, mais qui peuvent cacher chez le chantre une volonté inconsciente ou non d’être célébré et reconnu.

 

1- S’habiller, se coiffer de façon extravagante

Le besoin de paraître … Ce sont les artistes de l’autre système qui le font pour aller sur scène parce que cela fait partie du spectacle. Le chantre, lui, en tant que serviteur de Dieu doit, tout en étant propre et digne, se ranger du côté de la sobriété. Si vos paires de chaussures sont spéciales au point d’empêcher les gens de se concentrer sur Dieu et le message de la chanson, il y a un problème. Après votre passage, que retiendront-ils ? Que vous aviez le même costume qu’un tel qu’ils ont vu à la télévision ou que les vertus du Seigneur ont trouvé siège dans leur cœur grâce à votre ministère ? En ce qui concerne les sœurs, est-il utile de rappeler le besoin de rester digne et effacée ? Le maquillage jézabélien et les mèches à 2 étages feront-ils ministère ? Faites le bon choix.

 

2- Se mettre à prêcher ou exhorter plutôt que de conduire la louange

Il ne faut pas faire de mélange. Je ne remets pas en cause la possibilité pour Dieu de se servir de son serviteur pour encourager ou enseigner dans toutes les circonstances. Il faut quand même se rappeler que le chantre est là pour conduire la louange et le prédicateur pour prêcher. À force d’essayer de démontrer qu’en plus de dons musicaux, l’on prêche aussi, la confusion s’installe. Cette tentative de distinction va créer un biais dans la catégorisation de vos interventions. Chaque chose en son temps. Laissez le prophète prophétiser ou alors prophétisez au temps convenable si en plus d’être chantre vous êtes aussi prophète. Vous me rétorquerez que les pasteurs et les autres aussi s’improvisent chantres. Et alors ? Vous avez vu Jésus se mélanger dans des rôles comme cela ? Dans les paroles des chants, laissez le message s’exprimer.

 

3- Parler en langues à tout bout de champ ou même pire, prétendre qu’on le fait

C’est le nouveau phénomène en vogue. Tout le monde parle en langues dans toutes les chansons. Les gens en ont tellement abusé qu’on a presque galvaudé ce don d’une valeur inestimable pour la vie spirituelle des croyants. Que chacun s’observe en toute sincérité et se pose la question de savoir : dans quelle intention suis-je en train de le faire ? Pourquoi là, maintenant, dans le microphone ? Par mimétisme de ce que je vois sur YouTube ? Est-ce là une sorte de mise en condition spirituelle ? Cela ne cache-t-il pas un désir de prouver aux autres ma supériorité spirituelle ? Cette dernière approche a un nom : le pharisaïsme. Auquel cas, il y a un problème.

Mathieu 6.5 : Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.

 

 4- S’arroger tous les leads vocaux dans l’équipe de louange

Non, mais franchement … Dieu ne manque pas de serviteurs au point de ne pouvoir employer que vous. Si vous passez votre temps à considérer que les autres n’y arriveront jamais, il y a un besoin de réforme dans votre mentalité. Une simple observation du mystère des empreintes vocales et de l’unicité des timbres montre combien Dieu tient à la diversité d’expression de notre amour pour lui. Les autres aussi ont droit à leurs chances de progresser. Il faut leur permettre de les saisir. Autoriser que d’autres s’essaient, les accompagner, les pousser, coacher les plus enseignables … Voilà autant de choses qu’un chantre qui a de la hauteur d’esprit fait. Notre objectif n’est pas d’éclipser les talents des autres, mais de briller avec eux comme reflets de la gloire du Seigneur.

 

5- Inonder son profil et ses statuts de ses propres images

C’est un peu délicat à expliquer étant donné que dans certaines circonstances, communiquer exige de montrer sa tronche. Seulement, l’abus en cette matière-là aussi est nuisible. Ceux qui visitent votre profil sur les réseaux sociaux ne voient que des selfies à votre effigie, votre instrument à la main ou à côté ? Quelle est donc la différence entre vous et un jeune batteur mondain qui fait son autopromotion ? Même les gens du monde ont analysé ce comportement et l’ont officiellement enregistré comme une déviance comportementale. En temps normal, le croyant devrait être à l’abri du narcissisme. Concentré à s’occuper des affaires du Seigneur et à en démontrer la gloire, il évite de s’afficher lui-même. Reprenez-vous !

 

6- Insupporter les reproches et la critique sur son rendement

On ne peut pas se prévaloir de Dieu et en même temps aimer les sucreries de l’oreille. Pour grandir spirituellement et progresser techniquement, nous devons accepter d’être enquiquinés de temps en temps. Particulièrement à la répétition, et s’il le faut, devant tout le monde. Il est vrai qu’il se développe de nos jours un nouvel évangile du « ne jamais choquer », « ne jamais rien dire qui pourrait frustrer ». En réalité, c’est une doctrine conçue pour nourrir l’orgueil humain. Faites en sorte de ne pas l’embrasser. Au contraire, aimez l’instruction et les reproches. Celui qui vous instruit est bien obligé d’apporter avec la lumière, l’éblouissement passager qui l’accompagne. Si vous refusez d’être ainsi titillé, vous n’apprendrez rien et vous laisserez le soin aux incultes de vous jeter des lauriers que vous ne méritez pas.

 

On l’aura compris. L’esprit humain est capable de construire davantage que 6 voies tortueuses pour passer à côté de la volonté de Dieu. Pourtant, il est assez simple de s’en tenir à Sa voie. Cette voie-là est celle de l’humilité et elle se résume à un des versets les plus importants de la Bible.

« Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. » Philippiens 2:3

Nos contacts

Le Centre +229 69 43 33 33
Ancêtre Hamid 97 44 85 08
Ancêtre Karl 96 00 34 19
contact@adoramministry.org

Trouvez les paroles de vos cantiques

Vous aimez notre  travail ? Vous pouvez

Soutenir financièrement

Vous pouvez soutenir ce ministère en faisant des dons divers. Au Bénin, un envoi MoMo sur le 96 00 34 19 est le plus simple.

Rejoindre l'équipe

Nous avons constamment besoin de chantres, de volontaires et de veilleurs spirituels. Rejoignez l’équipe de louange ou ceux qui aident activement dans la prière, la logistique, le son, etc.

Devenir partenaire

Que vous soyez une église, une organisation quelconque, une équipe de louange, … il y a toujours de l’espace pour collaborer dans les intérêts du royaume. Contactez-nous !